du cap horn à la mer du labrador

DE LA SERENA (CHILI) A BUENOS AIRES (ARGENTINE) ALBUM N°7

Nous quittons la vallée très verdoyante de COPIAPO pour retrouver l'océan Pacifique à LLANO DE CHILE, là où le désert fleurie une seule fois par an. Cela ne sera pas le cas lors de notre passage. Plus au sud c'est la ville de LA SERENA qui se présente. Annimée, nous flannons la journée dans le centre piétonné entouré de jolis batiments coloniaux. Puis c'est la visite de la vallée de PISCO, renommée pour son vin et son eau de vie. Nous empruntons le ripio d'OVALLE en direction de PICHASCA et son monument naturel, une cavèrne immense habitée il y a 10000 ans. Belle balade sous un fort soleil. Le soir, bivouac dans la supèrbe VALLEE DEL ENCANTO ("la vallée enchantée"), calme et tranquille nous découvrons de nombreux pétroglyphes, los banos del inca (des baignoires creusées naturellement dans la roche) et observons les familles de Dégu (sorte de chinchilla) très présentes sur le site. Nous roulons ensuite deux jours pour rejoindre le camping Los Nogales situé à 80km au sud de SANTIAGO dans le canyon del Maipo. C'est ici que nous laissons le C.C en gardiennage pour notre séjour sur l'ILE DE PAQUES (album N°6), sublime mis à part le passage à l'hopital de Lola qui est passée à travers une baie vitrée. Quelques points de sutures (lèvre,fesse et pied), heureusement plus de peur que de mal!

Dimanche 31 octobre, retour en Argentine par Mendoza et CORDOBA  où nous visitons le Parc Sarmiento et son zoo datant de 1915. Les filles font quelques tours de manèges, elles s'éclatent. Au nord de Cordoba se trouve LA CUMBRE qui héberge un centre de réhabilitation des primates ALOUATTA CARAYA (singes hurleurs), un site unique au monde pour cette espèce de singe. Instructif et reposant nous passons la journée à observer trois groupes composés d'une quinzaine d'individus. En totale liberté puisque sédentaire, une famille prend meme posséssion du C.C, un nouveau terrain de jeu apparement très apprécié. Ces singesqui vivent en moyenne jusqu'à l'àge de 20 ans ont la particularité de posséder un organe vocal hyper développé puisque leurs hurlements peuvent s'entendre à plus de 16km. Nous avons également la chance d'assister à l'allaitement d'un bébé, nouveau né d'à peine 20 minutes. Séquence émotion garantie! Autre visite instructive, l' ESTANCIA JESUITE DE CAROYA classée au patimoine mondial de l'UNESCO, datant de 1616 , qui fut le 1er centre de fabrication d'armes blanches en argentine.

De là nous roulons plus au nord pour une halte au parc EL CHACO proche de la frontière Paraguayenne. Resistencia et Corrientes sont des passages obligés pour se rendre à notre prochaine destination très attendue, les fameuses chutes d'iguazu. En attendant, on trouve un joli bivouac à 60km de POSSADAS connus pour ses Missions Jésuites. Les filles s'improvisent "checheuses d'or", en fait elles trouvent de belles pièrres qui s'avérent etre des agathes. Nous sommes au coeur de la MESOPOTAMIE riche en mines de pierres semi précieuses comme celle de WANDA que nous visitons. Cette région est également réputée pour la culture de la YERBA A MATE, l'herbe servant à faire le Maté, la boisson nationale en Argentine. IGUAZU se profile. Visite de la Aripuca, une maison écologique faite entiérement en trons d'arbres. 17m de haut et plus de 500 tonnes elle représente l'habitation traditionnel des indiens Guaranis implantés dans la région au début du 17ième siècle grace ou à cause des missions jésuites. Nous faisons halte au camping Americano de PUERTO IGUAZU. HITOS DE LAS TRES FRONTERAS est la borne qui marque les frontières de trois pays, seulement séparés par le rio Parana et le rio Iguazu, l'Argentine, le Brésil et la Paraguay.

Jeudi 11 octobre une journée inoubliable dans notre voyage, le PARC NATIONAL D'IGUAZU, Y-GUAZU (eaux grandes) en langue Guarani. Crée en 1934, il couvre une superficie de 670km2. Bénéficiant d'un climat subtropical, on y trouve plus de 275 chutes d'eau, 2000 variétés de plantes et plus de 400 espèces d'oiseaux. Les chutes, la jungle, la terre rouge, tout un cadre d'une majestueuse beauté, le site constitue une des dix merveilles naturels de la planète. La légende des indiens Guaranis racontent la naissance des chutes. Il ya bien longetmps une magnifique jeune femme nommée Naipu fut promise en mariage à un dieu profondément épris d'elle. Mais Naipu aimait un homme, un guerrier et simple mortel. Peu de temps avant le mariage, tous deus essayèrent de s'enfuir en canoé par le rio Iguazu. Furieux le dieu créa les chutes pour stopper la fuite de ces amants maudits. Les différentes vues sont sublimes car les passerelles permettent de circuler soit au pied, soit au dessus des chutes. Le clou de la représentation de dame nature est sans aucun doute la fameuse GORGE DU DIABLE, une dépression dans laquelle s'engouffre des millions de m3 d'eau. Le bouillonnement continuel des flots qui se déversent empeche de voir le fond de la gorge mais l'arc en ciel permanent confère au site une beauté surnaturelle. MAGIQUE! Le lendemain, excursion d'une journée au BRESIL pour profiter des chutes au PARC NATIONAL DO IGUAZU. Spectaculaire on profite du spectacle des chutes dans leur ensemble, c'est une autre vision du parc très belle également, en compagnie de nombreux Coatis et Lagartos une espèce d'iguane géant.

Samedi 13 novembre direction SAN IGNACIO et sa mission jésuite datant de 1660 pour une soirée son et lumiére, sur les traçes des 4000 indiens Guaranis qui vivaient ici à l'apogée de la mission. Bivouac dans la cour d'un restaurant en façe de la mission. Nous partons ensuite pour Carlos Pelligrini posé au bord du lac Ibera en plein coeur de ESTEROS DEL IBERA une réserve naturelle d'une richesse incroyable comparable au Pantanal Brésilien. Les premiers habitants de ces marécages étaient les CAINGANG ou hommes des bois. Le peuplement date du 1er millénaire av.JC. Nous louons les services d'un guide et de sa lancha pour une balade de deux heures au milieu de cet écosystème unique. Les Carpinchos (plus gros rongeur au monde pesant jusqu'à 60kg), Guazinchos (plus grand cervidé d'Amérique du sud), Yacare(caimans ou crocodiles d'Amérique), Jacari, Ibis, Cardinaux, pythons entre autres sont les habitants permanents de ces lieux enchanteurs. Nous rencontrons deux français en vélo, Brice et Christella avec qui nous partageons quelques bons moments. Nos chemins se séparent à Mercedes car nous remontons sur le PARC MBURUCUYA qui doit son nom à une fleur typique de la région. Bivouac à l'intérieur du parc et nouvelle rencontre avec deux routards du Limousin, Yoan et Cécile. On se balade ensemble autour des trois lagunes. Cécile apprend à Lola comment réaliser différents tressages pour ses bracelets. Les soirées sont chaleureuses et bien arrosées. Trois jours plus tard nous les déposons à la gare routière de Saladas. Nous retournons au PARC EL CHACO à 80km de resistencia où nous passons cinq jours, seulement "dérangés" par les facéties et cris d'un groupe de singes hurleurs basés à quelques mètres du C.C. On suit le va et vient incéssant d'une colonie de pérruches vertes, en plus le campement gratuit aménagé au sein du parc nous permet l'accès à l'eau potable, l'électricité, aux douches chaudes et propres et aux barbecues approvisionnés en bois coupés. Un vrai p'tit coin de paradis ce parc! Nous sommes le 20 Novembre et le départ est proche, le bateau du retour est en effet prévu début Décembre.

Nous prenons donc la direction de la capitale par l'intérieur des terres, San Cristobal et Rafaela. Beaucoup de routes avant d'arriver à TIGRE surnommée la venise Argentine, 30km au nord de Buenos Aires. Bordée par la Parana, un dédale de cannaux et de ponts permettent une jolie balade dans cette petite ville lieu de villégiature privilégié des Portenos (nom des habitants de la capitale). Nous partons ensuite pour BUENOS AIRES et le quartier de SAN TELMO réputé pour son marché aux puces, puis visitons dans la foulée la BOCA. C'est le quartier des immigrés Italiens venus en 1900 et accésoirement le lieu où est né le TANGO. Touristique l'endroit a conservé ses maisons colorées badigeonnées au début du 20ième siècle avec le reste des pots servant à peindre les navires du port tout proche. Le tango présent à chaque terrasses de café confère au lieu une atmosphère particulière. Le soir, bivouac en plein centre de la capitale, plaza Francia pour une petite virée en famille. Concerts et différents stands d'artisanat sont au programme de cette balade nocturne. Après avoir réglé les différentes formalités administratives du retour nous repartons le lendemain pour PUNTA INDIO et la réserve peu connue de COSTA DEL SUR pourtant classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Baignade, chateau de sable et peche avec Pedro sont nos activités pour les cinq jours à venir. Les marrées du fleuve Parana poussé par l'Océan Atlantique sont incroyables, le niveau de l'eau ayant une amplitude d'environ trois mètres. Lily fête ses 3 ans et nous passons le dimanche avec de nombreux Argentins venus comme de coutume préparer leur assado (barbecue) dominical. Les barbecues crépitent inlassablement toute la journée, une ambiance typiquement Argentine. La Quilmes coule à flot.

Afin de boucler la boucle nous décidons d'effectuer les 250km qui nous séparent de SAN CLEMENTE DEL TUYU pour une deuxième visite au parc annimalier de MUNDO MARINO. Un dernier bivouac au bord du PARANA  à PUNTA RASA, là où le fleuve long de 4000km termine sa course dans l'Océan Atlantique. A cet endroit précis, le delta du fleuve atteind 100km de large, incroyable!

Jeudi 09 Décembre, derniers préparatifs puis direction l'aéroport, non sans mal. Après quatre stations services en panne de diésel, le C.C se retrouve à sec à 100km d' Ezeiza, l'aéroport d'où partent Gégé, Maryse et Lily dans moins de trois heures. Il y a urgence! Mais pas de panique on peut une nouvelle fois compter sur la gentillesse des Argentins. En effet un routier nous dépanne de 13 litres de gasoil, gratuitement, juste parcequ'il a envie de nous aider. Elle est pas belle la vie! Nous sommes à l'aéroport en temps et en heure. Retour à la maison avec un arret de trois jours à Montréal.

Lola et moi devons patienter, tant mieux, puisque le bateau de Grimaldi (Republica de brazile) est annonçé une nouvelle fois en retard. Du coup nous profitons d'un camping au bord d'une lagune 80km au sud d'Ezeiza, à SAN MIGUEL DE MONTE. Grand ciel bleu, 30°c, l'attente n'est pas trop difficile. Lundi 13 retour sur Buenos Aires et le parking de buquebus,connus de tout les voyageurs motorisés, proche du port d'embarquement c'est le seul dans la capitale qui accèpte les C.C. Nous y passons tout de même 4 jours en compagnie d'une famille Réunionaise, un couple d'Isérois, une famille Bretonne et Jérôme notre ami Suisse et son fils Ilani avec qui j'avais effectué le voyage en cargo à l'aller. Balades dans le centre ville et apéro tardif occupent ces quelques jours d'attentes. Puis c'est le départ, le jeudi 16 décembre jour de mon anniversaire pour la longue traversée qui nous conduira jusqu'au Havre.

FIN DE NOTRE AVENTURE EN TERRE INCONNU. QUE DU BONHEUR! DES PAYSAGES A COUPER LE SOUFFLE INCROYABLEMENT VARIES ET COLORES. DES POPULATIONS EXTREMEMENT CHALEUREUSES. DES SITES CULTURELS ET HISTORIQUES DE 1ER ORDRE. UNE FAUNE ET UNE FLORE D'UNE RICHESSE INEGALEE. DES RENCONTRES MAGIQUES.

2010, UNE BELLE HISTOIRE.....................................

 

 


Lien permanent
Publié à 12:18, le 3/02/2011, Buenos Aires
Mots clefs :


ENVOUTANTE RAPA NUI ALBUM N°6

Envoûtante RAPA NUI...........

L'île de Pâques est le point du globe habité le plus isolé. Même aux pôles on est plus près d'une grande ville que ce bout de lave posé en plein coeur du Pacifique Sud. Environ 60 cônes volcaniques forment l'île d'une superficie de 166km2. Posé sur un piton rocheux de 3000m enfoui dans le Pacifique, le poit culminant de Rapa Nui (4000hab.) est à 511m. Les trois volcans qui forment l'île sont le Poike(3 millions d'années) le Ranokau(2,5 millions d'années) et le Terevaka(360 000 ans).

Une histoire sanglante..............

Les premiers découvreurs de l'île furent des Polynésiens venus des Gambiers entre +400 et +600ans ap.JC. la date exacte reste un mystère. 1680 l'histoire de Rapa Nui bascule et les Moai commencent à être renversé de leur Ahu. A cette époque les Pascuans se détournent du culte des ancêtres pour ne plus se concentrer que sur des guerres intestines entre clans, les courtes oreilles et les longues oreilles. On estime aujourd'hui que dans leur folie mystique les Pascuans ont sans doute détruit leur environnement à commencer par les arbres(transport de Moai,incendie pour l'agriculture,cérémonies funéraires.................). Le culte des ancêtres perdura encore quelques décénnies avant de disparaitre au profit de nouveaux cultes axés sur l'homme oiseau visible sur le site d'Orongo. 1722 découverte de l'île par les premiers Européens et les premiers évenements dramatiques. 1805 Rapa Nui reçoit la visite de navires négriers en provenance du Pérou. 1862 Tout bascule. Des esclavagistes razzièrent l'île pour le travail dans les mines de guano et les grandes haciendas Péruviennes. Une quizaine de personnes sur les 1500 déportées revinrent sur l'île en y apportant entre autres maladies, tuberculose et variole qui décimèrent ceux qui avaient échappé aux captures. 1868 L'éléveur de moutons Français Dutrou Bornier s'autoproclama roi de l'île et devint un véritable tyran. Au pire moment de leur histoire, en 1877 les Pascuans n'étaient plus que 111 contre plusieurs milliers au début du 19ième siècle. 1888 Annexion de l'île par le Chili. 1935 Le Chili déclare Rapa Nui Parc National. 1995 L'île de Pâques est déclarée HERITAGE MONDIAL DE L'HUMANITE par l'UNESCO.

Un destin unique...........

Nulle autre terre que l'île de Pâques n'a autant enflammé l'imagination des hommes. Les monolithes(MOAI) de Rapa Nui ont sucité plus d'intérrogations qu'aucune création humaine. Les MOAI on le sait aujourd'hui avec certitude étaient des représentations d'ancêtres divinisés qui tournant le dos à la mer protégeaient leur clan. Les yeux en corail blanc fait sur place permettait à la statue de se charger de tout son MANA. Le seul Moai restauré avec des yeux (pour un reportage de Paris Match en 1990) est celui de l' AHU KOTE RIKU. 900 Moai recensés sur l'île essetiellement réalisés entre le 7ième et le 17ième siècle. 95% d'entre eux proviennent de la carrière des Moai ou carrière des géants, le RANO RARAKU. Comment transportait-on les Moai depuis la carrière sur des km jusqu'à leur Ahu? La plus grande statue arrivée sur son Ahu est celle de TE PITO KURA, 9,84m et 74tonnes. La plus grande en chantier dans la carrière mesure 21,65m et pèse 180t ! Les plus petites sont les plus anciennes et ressemblent à des "Tiki" marquisiens. Les chignons ou PUKAO étaient réalisés en tuf rouge dans une autre carrière, celle de PUNA PAU. Les Pukao étaient-ils placés avant l'élévation du Moai ou quand le Moai était en place? Les seules statues qui regardent en direction de l'océan sont les 7 Moai de l' AHU AKIVI, peut être en hommage aux 7 éclaireurs venus des Gambiers qui débarquèrent sur la sublime plage d' ANAKENA y précédant le roi Hotu Matu'A. Ces 7 Moai ont aussi une fonction astronomique dans le calendrier Pascuan. Le site le plus imposant est sans aucun doute celui de l' AHU TOGARIKI avec ses 15 Moai. Tout proche le Moai Voyageur façe à la carrière des géants. le site le plus énigmatique est VINAPU. Son mur Incaique de type Cusco au Pérou à longtemps fait douter les historiens. Certains d'entre eux pensaient même que les premiers Pascuans étaient originaires d' Amérique du sud et non de polynésie. Le nombril (TE PITO) de Rapa Nui au nord de l'île est un galet rond magnétigue posé à côté de l' AHU TE PITO KURA là ou repose le plus grand Moai jamais transporté. A l'approche du galet la boussole devient complétement folle (on a testé) et perd le nord. On y ressent le MANA propre à cette île. Outre les Moai Rapa Nui propose aussi de nombreux sites naturels comme celui de ANA TE PAHU. Un tube de lave dans lequel on déambule. Surprenant! Sur l'île sont recensés certains des lavatubes les plus grands de la planète, jusquà 10km. Autre lieu magique le cratère de 1,6km de diamètre du volcan RANO KAU là où le culte de l'homme oiseau (ORONGO) régna. Au fond du cratère une légende non élucidée à ce jour. Les pétroglyphes de la grande pierre HOA HOKA et le secret des hommes dauphins. Autre énigme de l'île le RONGO RONGO. Une écriture composée de 14000 signes hiéroglyphiques que l'on trouve gravée sur des tablettes de bois. Et combien de mystères restent à découvrir?

Et sur l'île de Pâques quand on veut simplement se détendre, il suffit d'étendre sa serviette de bain sur la mythique plage d' OVAHE recouverte de sable rose et de se baigner dans les eaux les plus transparentes de l'océan pacifique.

L' ILE DE PAQUES EST UNE EMERAUDE où chacune de ses facettes vous invitent à un pur moment de bonheur.....................................

Merci au camping Los Nogales (canyon del maipo au sud de Santiago) pour le gardienage du C.C et le transport aller retour à l'aéroport.

Merci à Christophe (cabanas Christophe à rapa Nui) et sa famille pour leur dévouement.

Merci à la Compagnie aérienne LAN  pour le retour effectué en première classe malgré des billets classe économique.

Certaines photos et parties de textes sont tirées du livre Rapa Nui de Gérard Depardon.


Lien permanent
Publié à 14:27, le 13/11/2010, Santiago du Chili
Mots clefs :


DE TRUJILLO(PEROU) A LA SERENA(CHILI) ALBUM N°5

Mardi 31 Août nous quittons Huanchaco pour Chimbote puis le canyon DEL PATO, joli ripio parsemé de 26 tunels relativement étroits taillés à même la roche. Le marché très coloré de YUNGAY se profile, d'autres couleurs et de nouvelles senteurs. Puis c'est la route d'OLLEROS où nous tanquons le C.C dans le lit d'une rivière, et après deux heures d'effort, le réconfort. Un bivouac sympa devant une petite ferme familiale. Heureux de notre présence, le père improvise un feu bien venu à 3500m. Une belle soirée avec toute la famille. Le lendemain, départ pour le parc de HUASCARAN et la laguna QUEROCOCHA. Nous passons un nouveau col à 4516m avant d'arriver dans la petite ville de CHAVIN. Visite du surprenant site de CHAVIN DE HUANTAR oeuvre de la civilisation CHAVIN, culture PRE-MOCHE, réalisé 800 ans av.JC. Le site situé au pied de la montagne HUASCARAN (6768m) contrôlait les routes commerciales vèrs l'ouest jusqu'au Pacifique et vèrs l'est jusqu'à l' Amazonie.On y célébrait le culte du Jaguar. Exploré seulement en 1909, le site comporte deux temples et un dédale de corridors et de conduites d'eaux avec des passages secrets permettant aux prêtres d'aparaître miraculeusement. Le clou de la visite est sans aucun doute EL LANZON, un totem en granit de 3,50m représentant la principale déesse de la culture CHAVIN. Le musée est également instructif avec une belle collection de Cabezas antropomorphiques symboles de la transformation de l'être humain en jaguar.

Samedi 04 septembre retour vèrs l'océan et la Panaméricaine en direction de Lima et un passage au parc LACHAY. Une oasis de verdure, un écosystème unique coincé entre la cordillère et le désert. La soirée se passe en compagnie d'un étudiant en "médio ambiente" (milieu ambiant) content de nous faire partager sa passion pour l'écologie et son désir de promouvoir au Pérou une meilleure conscience du recyclage des déchets, le gros point noir du pays!

Nous descendons la côte, le lundi 06 est le jour de nos retrouvailles avec nos amis Toulousains dans la très belle réserve de PARACAS. C'est notre deuxième séjour dans cet endroit magique. Quatre jours de bivouacs super sympa dans cet univèrs de dunes multicolores, de falaises et d'eau turquoise. Samedi 11 visite du site Inca de TAMBO COLORADO et départ pour les immenses dunes de HUACACHINA. Le lendemain journée consacrée à une sortie en buggie et à des descentes en sand board, les enfants se sont éclatés. Puis c'est le musée régional d'Ica qui présente des céramiques, des tissus, des bijoux mais aussi une salle qui explique l'art de la momification et de la trépanation. Les objets exposés sont représentatif des cultures NASCA (-200 à +600ans ap.JC) WARI (+600 à +1000ans ap.JC) CHINCHA (+1000 à +1450ans ap.JC) et INCA (+1400 à +1550ans ap.JC).

Ensuite en route toujours vèrs le sud et un bivouac dans le désert tout proche de Nasca. Mardi 15 visite du complexe d'acqueducs de CANTAYOC fondés par les Nasca. De formes circulaires pour que le vent s'engouffre à l'intérieur et ainsi oxygène le canal, ils sont réalisés avec des pierres rondes plus résistantes en cas de séisme. Belle visite aggrémentée par celle d'un élevage de cochenilles servant à la production de teinture rouge. Non loin de là c'est le CERRO BLANCO avec la plus haute dune de sable du monde perchée à 2070m. Mensuration 1,3km de haut, 9km de long et 3km de large. Un repos bien mérité nous attend au camping ECOLODGE DE WASIPUNKO avec un super acceuil des propriétaires Daniela, Edmundo et le petit Emiliano grand fan du joueur de foot Messi. 4 jours paisibles avec de nombreux barbecues dont un spécial PACHAMANCA, une cuisine typique de la région de Nasca. 3 heures de feu pour les braises et une cuisson des aliments dans la terre, à l'étouffée durant 2h30m. UN REGAL!

Le lundi 20 Septembre ce sont les aux revoirs avec Seb.Gwen.Maëva et Robin après deux semaines comme d'habitude génial ensembles. Eux partent en direction de Cusco et nous toujours vèrs le sud pour SACACO et la visite du musée de la baleine avec un spécimen pétrifié datant de 3,8 millions d'années. Deux autres squelettes à l'extérieur témoignent de la présence de l'océan dans cette partie aujourd'hui désertique. Nous avons même la chance de dénicher une dent fossilisée de requin blanc. Incroyable souvenir! Ensuite deux jours de route sur le supèrbe plateau désertique en direction de Tacna. Nous bivouaquons à Los Palos à 20km de la frontière Chilienne que nous passons le vendredi 24 Septembre. Après une halte à ARICA, direction le parc LAUCA et la lagune de CHUNGARA au pied du volcan PARINACOTA (6530m). Repas sur place à 4500m. Nous emprutnons la vallée de Copaquilla et ses cactus Candélabres pour un retour sur Arica. Le lendemain visite de la ville au printemps éternel avec une très belle vue panoramique depuis le Christ Morro. La place d'armes et la cathédrale San Marcos construite dans les ateliers de Gustave Eiffel à Paris.

Nous partons pour Colchane puis le parc ISLUGA. En panne de gasoil nous traversons la frontière Bolivienne par un chemin de travèrse afin de s'approvisionner quelques km plus loin sans passer par la case douane, puis retour au Chili par le même chemin. Pas de contrôle ouf! Bivouac à côté des geysers de PUCHULDIZA à 4000m. Réveil glacial mais une nouvelle fois un très beau spectacle, seuls au milieu de cette nature sauvage. En allant sur HUARA, un détour au géoglyphe GIGANTE DE ATACAMA qui représente un puissant Chaman. Ensuite deux jours tranquilles au camping EL HUARANGO dans la réserve nationale de TAMARUGAL en plein désert dans un écosystème unique et des arbres endémyques, les Tamarugos. Un grand merci à Coca et Marco pour leur gentillesse et leur acceuil.

Samedi 02 Octobre départ pour IQUIQUE et son centre ville historique avec ses maisons en bois importées au 19ième siècle d'Angleterre et de Françe par les riches propriétaires des mines de salpêtres avoisinantes. Visite également du fameux théatre municipal centenaire construit avec des pins venus d'Orégon. Non loin se trouve la ville fantôme d' HUMBERSTONE classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. 800 employés elle produisait chaque jour 142t de nitrates de sodium servant à fertiliser les terres aux quatres coins de la planète. On déambule au milieu des machines, locomotives et autres engins. Il y a encore l'école, le théatre et même une surprenante piscine en acier riveté. Etrange balade! Quelques km plus au sud nous bivouaquons à CERRO PINTADOS la plus grande concentration de géoglyphes au monde. Le site regroupe en effet plus de 365 figures utilisées comme des panneaux de signalisation par les anciennes caravanes.

Changement de décor, nous retrouvons l'océan près de MEJILLONES pour deux jours de spectacle grandiose à LA PUNTA ANGAMOS. Une colonie de 7000 lions de mer parresse le long de la côte. C'est magique de les observer. Nous approchons un groupe sur un rocher, ils sont à moins de cinq mètres. Maladroits quand ils se déplacent sur les îlots ce sont de véritables virtuoses dans l'eau. Le seul petit hic est le retour de la pointe. Le C.C n'a pas la force de remonter. Heureusement l'Alcade (le maire) de Mejillones passe par là avec son énorme 4/4 et nous tire d'affaire en quelques secondes. Sans suit la visite gratuite du musée de la ville et un sac rempli de cadeaux pour les filles. MERCI!

Nous roulons en direction d'Antofagasta et sa PORTADA connue dans tout le Chili. Un passage au parc national PAN DE AZUCAR avant d'arriver à BAHIA INGLESA. Le lendemain c'est l'anniversaire de Maryse, un bon resto et la visite du GRANITO ORBICULAR. Très rare sur la planète, le site d'environ 375m2 et datant de 180 millions d'années est composé de roches granitiques avec au centre des figures sphériques de quartz d'environ 7cm et autour différents minéraux et métaux comme du silicate, de l'aluminium, du calcium et de la magnétite entre autre. Un des derniers bivouacs dans le désert d'Atacama proche de COPIAPO. Ce désert le plus arride sur terre s'étend de Copiapo au Chili, jusqu'au nord de Lima au Pérou.

Un crochet à l'est en direction du Paso San Francisco et le parc national NEVADO DE TRES CRUCES pour admirer le magnifique SALAR DE MARICUNGA et sa lagune. Brusque changement de paysage une nouvelle fois nous passons en quelques kilomètres de l'océan au désert puis à la cordillère, des lions de mer aux lézards puis aux lamas. Les couleurs du salar sont incroyables et tranchent totalement avec la vallée verdoyante de Copiapo que nous retrouvons sur le retour.

Fin de ce chapître..................

 

 


Lien permanent
Publié à 23:30, le 23/10/2010, Chili
Mots clefs :


DU MACHU PICHU A TRUJILLO (+ EQUATEUR) ALBUM PHOTOS N°4

 

DIMANCHE 18 JUILLET 2010, de retour du Machu Pichu nous retrouvons le C.C à Santa Teresa. Nous faisons la piste le lendemain direction Ollantaytambo par la même route qu'à l'aller. C'est notre dernier bivouac en compagnie de Didier,Annie et Camille. Après une route toute en épingles longue de 190km nous atteignons la ville d'Abancay. Puis 400km plus loin et de jolis paysages de montagne se profile Ica. Nous passons cette ville sans grand intérêt pour traverser un énorme plateau désertique et rejoindre Nazca et ses fameuses lignes. Les dessins géométriques (géoglyphes) ou les annimaux stylisés gravés à même le désert sont l'oeuvre de la CIVILISATION DE NAZCA. Datant de 300 à 900 ans ap.J.C ils sont censés representer un calendrier astronomique. Nous en voyons seulement 2 exemplaires depuis un mirador. Le soir nous bivouaquons à Huacachina, une oasis de verdure plantée au milieu d'immenses dunes de sables. Le vendredi 23 nous profitons des nombreuses agences pour un raid de deux heures en buggie stylisé, genre Mad Max, au milieu de cet océan de sable. Que du bonheur et aussi de nombreuses frayeurs en dévalant à toute vitesse les nombreuses dunes! On s'est également essayé au soundboard, du surf sur sable avec quelques gamelles en perspective. Le nuit est plus calme puisque nous dormons en plein milieu de la réserve de Paracas, entre désert et océan pacifique, seuls au monde. Un endroit magique, préservé de toute dégradation humaine.

Puis trois jours de panaméricaine pour rejoindre Huanchaco toujours au bord de l'océan. C'est le mercredi 28 juillet, jour de fête nationale au Pérou. C'est une petite bourgade paisible où les pêcheurs utilisent des barques en roseau (Caballitos de Totoras) semblables à celles utilisées sur les îles Uros du lac Titicaca. Après une journée de plage, nous visitons le spectaculaire Palais Nik An dans la zone archéologique de CHAN CHAN classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. 20km2, 9 citadelles où régnèrent les rois de l'empire CHIMUS, c'est la plus grande cité en adobe (brique de terre cuite et de paille) précolombienne d'Amérique du sud. Sa chute fût précipitée par les Incas au 15ième siècle. Les frises représentent des vagues et des loutres de mer ou des pélicans annonçant la période de pêche. Samedi 31 départ pour Lambayaque et le musée Tumbas Reales dédié au seigneur de SIPAN, la plus grande découverte au Pérou de ces 50 dernières années. Un musée extraordinaire regroupant toutes les richesses (bijoux-céramiques-tissus) trouvées dans les tombeaux des pyramides du seigneur de Sipan. Dans un état de conservation incroyable l'ensemble des pièces équivaut au trésor des pyramides d'Egypte selon les experts. C'est un témoignage unique de la civilisation MOCHICHA et de son dieu créateur de l'univers AI-APAEC qui régnat dans cette partie du Pérou entre +100 et +700 ap.JC. Malheureusement les photos sont interdites!

Dimanche 1er Août direction Sechura puis Catacaos, village réputé pour le travail de l'or et de l'argent. Visite de la ville puis Puira  quelques km avant la frontière Equatorienne. Le lendemain passage à Macara, nous sommes en Equateur, pays où la population variée est composée de 43% d'indiens, 41% de métis, 14% de blancs et 5% de noirs. 40% de la surfaçe du pays est protégée permattant de sauvegarder quelques 1600 espèces d'oiseaux et 2725 d'orchidées. Nous roulons trois jours à travèrs de luxuriantes forêts tropicales pour atteindre notre première destination tant attendue, Puerto Lopez et sa baie, porte d'entrée du Parc National Machalilla sur la côte pacifique. Quatre jours dans ce petit port de pêche à se baigner et à contempler le retour des barques ramenant tous les matins leurs butins. Requins marteaux, raies, espadons et bien d'autres poissons petits et gros. Le jeudi 05 restera à jamais gravé dans nos mémoires, c'est en effet le jour de notre excursion en mer. Nous avons le privilège d'assister au spectacle magistral des baleines à bosses qui viennent séjourner à cette époque dans les eaux chaudes de la côte équatorienne. 15mètres, 15tonnes, les cétacés ne sont pas farouches et viennent se poster à seulement 10m de notre frèle embarcation. C'est juste magnifique, et les 4 sauts hors de l'eau de ces géants des mers sont comme une apothéose. UN GRAND SOUVENIR!

Nous longeons la côte plus au nord et trouvons un bivouac sur le terrain d'un particulier au bord de l'océan à côté de San Jose. Super barbecue, chasse au coquillage et baignade dans les eaux tumultueuses du pacifique. Et ce ne sont pas des vacances, mais un voyage éducatif et culturel! RAPPEL! Nous reprenons la route direction l'intérieur des terres par Quevedo et Zumbagua. Route défonçée où nous cherchons l'asphalte entre les nids de poules mais à ce niveau là ce ne sont plus des poules mais des dindons! Bref après une nuit sur le parking d'un hôtel de passe (c'est pas toujours bizance) nous arrivons enfin à la sublime lagune de Quilotoa située à 4000m dans le cratère d'un ancien volcan. Le souffle est court, passé de l'océan à cette altitude n'est pas aisé. Lundi 09 direction Quito par une route sinueuse et repas au pied du volcan Cotopaxi (5897m), le plus haut volcan actif de la planète. Quito se profile mais la journée sera de courte durée car la police nous arrête. Interdiction de rouler le lundi avec une plaque finissant par 1 ou 2, ce qui est notre cas. Résultat nous traversons la ville escorté d'un motard pour rejoindre avec bonheur le centre de rétention de la police. Les baleines, c'est quand même plus sympa! Trouver un hôtel, le Servipagos pour régler l'amende de 80 dollars, nous visitons tout de même le centre historique de la ville, situé non loin du centre de rétention, c'est à dire proche des quartiers sud. Le 10 août est la fête nationale et le président a la gentillesse de nous faire coucou et un énorme sourire en direction de Maryse!

Nous récupérons le C.C et partons pour la Mitad del Mundo. C'est la ligne qui symboliquement partage la planète en deux hémisphères. Puis la réserve écologique de Mindo Nambillo à 80km de la capitale. Un coin de paradis tranquille, verdoyant où nous faisons une balade dans la forêt le long d'une rivière. Toucans, colibris et une multitude de papillons peuplent cette région. C'est ici que nous passons une matinée à la canopy, une tyrolienne de deux fois 250m. Toute la famille se régale et Lola ne veut plus quitter son harnais. De retour au village de Mindo nous visitons justement un élevage de papillons très intérressant où même les colibris (certains peuvent battre des ailes 200 fois par seconde) viennent en totale liberté. Belle balade instructive et apaisante. Nous retournons sur Quito pour la visite du vivarium pour nous familiariser avec les reptiles d'Equateur. Nous avons même l'occasion de carresser un boas de 2m.

Direction ensuite la lagune de Cuicocha non loin d'Otavalo pour le marché immense du samedi. Une fois de plus un marché typique d'Amérique du sud, coloré et parfumé. Tout s'achette et tout se vend, une foule considérable déambule le long de centaines de stands. Nous bivouaquons de nouveau à la lagune et passons le lendemain au village de Cotocachi réputé dans le pays pour l'excéllence de son travail du cuir. Nous montons encore au nord vèrs Ibarra et El Chotta décrite comme une parcelle de terre africaine au milieu de la sierra andine. Nous sommes à quelques km de la Colombie.

Nous empruntons ensuite la route des cascades appelée aussi route de la canelle. C'est la route de Baeza dans l'Oriente, porte d'entrée de l'Amazonie. Visite à 10km de Tena d'un refuge d'annimaux victimes d'accidents ou de traffic et un super bivouac au bord d'une piscine en pleine forêt proche d'une rivière. C'est du vert, rien que du vert et des eaux translucides. Nous continuons vèrs un hameau du nom de Rio Verde. C'est l'occasion de deux belles balades pour les cascades de Machay et de Pailon del Diablo.

Puis nous faisons route pour Cuenca. Nous reprenons la panaméricaine pour une courte escale à la lagune Colta au pied du Chimborazo (6310m) la montagne la plus haute du monde en partant du centre de la terre. Ici culminent 22 sommets entre 4270m et 6310m, c'est l'avenue des volcans surnommée ainsi par Humboldt. Jeudi 19, visite du temple du soleil d'Ingapirca, seul témoignage des Incas en Equateur, fondé sur les ruines de la cité du royaume Canari. Sacré peuple de guerriers et d'envahisseurs ces Incas! Bivouac sur le site. Ensuite Cuenca dont le centre historique est classé par l'UNESCO depuis 1999. Très beaux bâtiments avec en point d'orgue la nouvelle cathédrale Immaculée Conception (120 ans de travaux) aux trois styles: Roman pour les murs, Renaissance pour le toit et Gothique pour la flêche. Belle visite également du musée des arts populaires. Plus au sud c'est Loja (classée 3ième ville la plus écologique au monde), le jardin de l'équateur, et le Parc National de Podocarpus. Au pied du parc se trouve le village de Vilcabamba (en quechua = vallée sacrée) à la réputation internationnale, qui lui vaut le surnom de vallée des centenaires. Ici dit-on "la mort à pris des vacances". Super bivouac au bord de la rivière, l'atmosphère est paisible. Puis c'est la route pour Zumba par une piste de terre difficile et une dernière soirée en Equateur très romantique sur le parking de la station service ouvèrte de 07h00 à 08h00 et gardée par l'armée pour cause de traffic de combustibles en direction du Pérou tout proche (le litre de gasoil coûte 0,20 euros soit 4 fois moins cher qu'au Pérou). Mardi 24 Août passage de la frontière et désinfection du C.C, nous rejoignons San Ignacio et passons la nuit à 15km de Jaèn chez un habitant possédant 50 hectares de rizières. Ici c'est le royaume du riz,des champs d'ananas et du cacao. Le lendemain nous roulons en direction d'Olmos et passons la matinée suivante dans la maison de Carmina heureuse de notre visite et de troquer des dattes, de la confiture et un canard vivant! en échange des vêtements que nous lui donnons. Nous retournons ensuite à Huanchaco au bord de l'océan une escale que nous avions faites à l'aller. Après la révision du C.C nous visitons non loin de là le site surprenant de HUACA DEL SOL et HUACA DE LA LUNA afin d'admirer les magnifiques peintures et polychromes datant de 2000 ans de ces deux pyramides en adobe, oeuvres des indiens Mochicha (ou Moche).

Voilà fin de ce récit, la suite sera consacrée à la descente du Pérou et au nord du Chili..........................

 


Lien permanent
Publié à 15:21, le 30/08/2010, Equateur
Mots clefs :


DE SAJAMA (BOLIVIE) AU MACHU PICHU (PEROU) ALBUM N°3

...........dernière nuit au Parc Sajama avec un bivouac tranquille dans la cour d'une "ferme" au village de Laguna à 10km de la frontière Chilienne.

Nous prenons la route le lendemain direction La Paz, capitale la plus haute du monde perchée à 4100m d'altitude et une destination connue de tout les Camping caristes, l'hôtel Hoberland proche de la vallée de la lune à seulement 30mn en taxi du centre ville. Nous passons 3 jours dans cette oasis (pelouse,piscine,sauna,wi-fi..........) à profiter du cadre et de la tranquilité des lieux. Balade au centre et achats de cadeau pour la famille et les potes, la soute du C.C est remplie à ras-bord.............Samedi 26, après maintes hésitations, nous décidons d'emprunter la fameuse route de la mort vèrs Coroico, route également fréquentée par les narcos trafiquants. C'est le début des Yungas, terre verdoyante et réserve en fruits et légumes de la Bolivie. Le chemin à pic et étroit surplombe des précipices d'1 km de profondeur, on manoeuvre avec prudence, les roues arrière frôlant par moment le ravin.................que de suspens! Il faut quand même dire que depuis 3 ans et la nouvelle route asphaltée qui contourne la route de la mort, le traffic notement des camions est presque nul ce qui rend la conduite beaucoup moins stréssante. De retour à La Paz, nous nous dirigeons vèrs Soarata pour aprécier le spectacle magistral offert par la Cordillère Royale aux sommets enneigés. De là nous redescendons pour Copacabana, première vision du lac sacré pour les Incas, le lac Titicaca d'un bleu intense, et la cordillère en toile de fond. Tout simplement BEAU. Pour traverser et rejoindre Copacabana nous sommes obligés de louer les services d'une barge. Cette courte promenade sur le lac est un souvenir HOULEUX! Enfin arrivés à bon port, nous bivouaquons sur une plage au bord du lac. Le lendemain, visite de la basilique et la vièrge Morena, la seule vièrge Indienne de Bolivie puis balade sur la péninsule vèrs Yampupata. Au retour nous avons la bonne surprise de croiser le chemin d'une Fête, celle de San Pedro, avec musique et danse folklorique, tout le monde est sur son 31. Annimée et haut en couleurs, un supèrbe moment passé avec la population locale, de plus nous étions les seuls touristes à profiter de ces instants, un régal!

Jeudi 1er Juillet, excursion en bâteau pour l'Isla Del sol à queques encablures de Copacabana. Ils restent encore 3200 hab. répartis dans trois villages distincts. Une population locale fière de son île et de son lac. Le lac Titicaca, avec ses 200km de long, 50km de large et ses 300m de profondeur (les espagnols l'appelaient La Mer Intérieure des Andes) a pour véritable nom en langue Aymara TITICARCA - TITI pour le Puma et CARCA pour la Roche - En effet au bout de l'ile une tête de puma se dessine sur les flans d'une roche. Très belle promenade sur l'ile, magnifiques plages, des points de vue à 360 degrés grandioses. Visite de ruines partiellement conservées, la Pierre des Sacrifices, l'Escalier Inca, la Fontaine Sacrée..............bref une belle journée!

Vendredi 02 Juillet 2010 au revoir la Bolivie, et bonjour le Pérou. Après un bivouac sympa à santa Lucia au bord d'une rivière avec un barbecue de truites en papillotes nous prenons un ripio de 300km en direction d'Aréquipa. Ripio difficile parsemé d'embûches, ponts coupés, passages de guêts, route cassante et un col à plus de 4600m. Les paysages sont une fois de plus étonnants avec des déserts et la réserve de Lagunas Salinas et Aguas Blancas, une belle récompense. Nous bivouaquons à 4300m. Surnommée la ville blanche, Aréquipa est une belle et grande ville annimée, une oasis de verdure posée au pied du volcan Mitsi. Fondée par les espagnols en 1540 sur un ancien site Aymara et Quechua, elle prospéra grâce au mines de Potosi en Bolivie. Bâtiments coloniaux, balcons sculptés...elle fait partie des villes inscrites au patrimoine de l'humanité. Une autre visite qui vaut réellement le coup, est le Monastère Santa Catalina immense et très coloré.

Ensuite direction Chivay et le canyon de Colca (2ième canyon le plus profond au monde avec 3200m de dénivelé) pour le fabuleux spectacle de l'envol des Condors, l'oiseau sacré des Andes. Bivouac sur le parking de Cruz Del Condor avec un réveil à 05h45 pour bénéficier au maximum de ces instants magiques. Les condors attendent les courants ascendants d'air chaud pour enfin monter par petits groupes et passer à quelques mètres des miradors où nous sommes postés. On entend le souffle de leur passage à seulement 4 m au dessus de nos têtes. Avec un poids de 25kg et une envergure de 3m50 l'oiseau a de quoi impréssionné! C'est tout simplement un des plus beau moment du voyage. De retour à chivay, la route nous étonne avec ses milliers d'hectares de terrasses sculptées dans la montagne, oeuvre des Indiens Colluhuas, une civilisation de 1000 ans plus ancienne que celle des Incas.

Cusco(nombril en Quéchua) se profile. La capitale historique perchée à 3400m est surnommée La Rome Des Incas.Nous retrouvons au camping une famille de Bressans-stef myriame driss- rencontrée à Salta en Argentine, quelques semaines plus tôt, et une famille de Vendéens-rémy isabelle oèl-Après un bon apéro tardif, nous visitons la ville considérée comme la ville numéro 1 du Pérou. C'est une merveille!

Deux jours plus tard direction la vallée sacrée des Incas avec un programme alléchant: les ruines de Pissac, l'ingénieux système de terrasses circulaires de Moray, les salinéras aux 4000 bassins de Maras, l'imposante forteresse d'Ollantaytambo qui surveillait le chemin du Machu et pour finir en apothéose LE MACHU PICHU. A partir d'Ollantaytmbo,3h de route asphaltée, 3h de chemin de terre, 1h de collectivo puis 3h de marche plus loin nous voilà à Aguas calientes au pied de la cité perdue. Inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, le mystère reste entier. La brume qui monte venant léchée les flancs de la cité confère au site une incroyable splendeur.

Prochain épisode, Nazca et la remontée du Pérou.......................................

 

 

 


Lien permanent
Publié à 01:35, le 29/07/2010, Pérou
Mots clefs :


<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


3 générations en cc pour un voyage d'un an départ de Buenos Aires arrivée prévue Montréal

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Rubriques